Communiqué de presse - Demande d'excuses publiques

 

 

COMMUNIQUÉ DE PRESSE
Pour diffusion immédiate

 

 

Demande de retrait des propos du PDG de la Fédération des cégeps


Sherbrooke, le 25 mars 2022 La Fédération des éducateurs et éducatrices physiques enseignants du Québec réclame des excuses officielles publiques et un retrait des propos outrageux tenus par le Président-Directeur-Général de la fédération des cégeps à l’égard des cours d’éducation physique au collégial.

FÉDÉRATION DES ÉDUCATEURS ET ÉDUCATRICES PHYSIQUES ENSEIGNANTS DU QUÉBEC

FASAP - Université de Sherbrooke

2500, boul. de l’Université, Sherbrooke (Québec) J1K 2R1

Local A8-259

 

COMMUNIQUÉ DE PRESSE – POUR DIFFUSION IMMÉDIATE

Objet : Demande de retrait des propos du PDG de la Fédération des cégeps

 

Sherbrooke, le 25 mars 2022 La Fédération des éducateurs et éducatrices physiques enseignants du Québec réclame des excuses officielles publiques et un retrait des propos outrageux tenus par le Président-Directeur-Général de la fédération des cégeps à l’égard des cours d’éducation physique au collégial.

 

Vendredi matin sur les ondes de Paul Arcand, Bernard Tremblay a tenus les propos suivants :

« Ces élèves (…) n’ont pas ce qu’il faut pour suivre un cours de niveau collégial, donc d’enseignement supérieur, un cours de contenu on s’entend, ce n’est pas un cours d’éducation physique là, on parle ici de cours de philosophie, de sociologie, de soins infirmiers d’anatomie (…) ».

 

Dire que les cours d’éducation physique ne sont pas des cours de contenu de niveau collégial démontre un manque de respect profond de notre discipline. Cela traduit également une méconnaissance historique de la place et du rôle de l’éducation physique dans les cegeps depuis leur création.

 

« Nous souhaitons rappeler à monsieur Tremblay que la formation générale, dont font partis les cours d’éducation physique, sont encadrés par trois devis ministériels et sont obligatoires pour tous les étudiants du Cégep comme le stipule le Règlement sur le régime des études collégial », mentionne Carl Chartier, président de la FÉÉPEQ. Tout comme les cours de français, d’anglais et de philosophie, ils comptent dans la côte R et ont des contenus qui répondent aux exigences des études supérieures.

 

Toutes les recherches démontrent un état de santé physique et psychologique alarmant de la population étudiante en cette période pandémique. Il serait opportun que monsieur Tremblay viennent constater l’ampleur de ces besoins et laisse tomber ses préjugés arriérés sur les cours d’éducation physique au collégial. C’est précisément en utilisant des contenus à jour et issus de la recherche scientifique que nous construisons nos cours pour aider nos étudiantes et étudiants à analyser leurs problématiques de santé et à développer un mode de vie sain et actif. Puisque nous voyons les étudiantes et les étudiants de tous les programmes, nous sommes en première ligne pour favoriser leur bien-être et leur équilibre.

 

Nous demandons à monsieur Tremblay de retirer ses propos. Nous nous attendons également à des excuses publiques auprès de tous les éducateurs physiques du collégial pour son manque de respect à notre endroit et à notre discipline.

 

Véronique Marchand,

Directrice générale, FÉÉPEQ

direction@feepeq.com

819-238-4661

Retour à la liste des nouvelles